Derniers retours à Olby, le 17 décembre – Fin du raid

Le_Retour_IMG_3886

Ils arrivent. Ils sont de retour à Olby.

Les derniers à revenir sont ceux qui ont ramené les trois camions de la logistique du raid (cuisine, atelier mécanique, magasin).

Partis de Kolda samedi dernier, ils ont parcouru les 6500km en dix jours. Le voyage retour s’est passé comme prévu et sans difficulté particulière. Juste un peu fatigués sans doute même s’ils ne veulent pas le reconnaître.

IMG_3889 Le_Retour_IMG_3893

Les amis de la région clermontoise sont venus en nombre à Olby pour les accueillir.

On se retrouve chez Jean pour un goûter ; les Bernadettes ont préparé le vin chaud.

Le_Retour_IMG_3892

Que de moments forts partagés. Que de souvenirs à raconter et se raconter !

_____________________

Ainsi s’achève la 10ème Route de l’Amitié et de la Solidarité

Déjà on pense à la prochaine…

______________________

Le présent blog s’achève donc en l’état. Un document souvenir, issu du blog, sera réalisé,  avec textes et photos, dans une mise en forme plus soignée.  

Et puis, sans rien dévoiler, il faut savoir que Joel a filmé, beaucoup filmé, tout au long du périple… et promis une vidéo à projeter sans doute en avant-première lors d’une prochaine rencontre…. 

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

Fin du séjour en Casamance

DSCN1743La route pour Cap-Skirring depuis Kolda  en mini-car a pris la journée de vendredi.

Plusieurs crevaisons de pneus…

Bref arrivée à seulement 18h…

Pour une baignade dans l’eau chaude du golfe et une bronzette sous les cocotiers, il faudra revenir…

Il faut être prêt à prendre l’avion pour Paris ce samedi vers 15h.

P1010472

Pendant ce temps, les conducteurs des camions reprennent la route en direction de la France et vont retraverser en sens inverse Sénégal, Mauritanie, Maroc, Espagne avant d’arriver à Olby. Bonne route !

 

 

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Konkané, Pakour, Ouassadou, Mampati : les 5 dernières Kangoo

Dernières remises, avec cinq voitures aujourd’hui. Pour quatre d’entre elles, à destination des postes de santé de quatre villages, la cérémonie a lieu à Konkané.

DSCN1674

Arrivée des Kangoo au milieu d’une haie d’honneur par les enfants des écoles sous les chants des femmes

L’hymne du Sénégal nous est interprété par les élèves des écoles.

DSCN1683  DSCN1687

Beaucoup de discours et de remerciements car quatre postes de santé sont concernés.

DSCN1692Michel remet la voiture 23 pour Konkané, qu’il a conduit jusqu’à cette région où il a exercé voici plusieurs décennies ; beaucoup d’émotion lorsqu’il retrouve certains visages connus.

Jean remet la voiture 2 pour Pakour ; il a conduit ce Kangoo avec Jean-Paul déjà retourné en France.

DSCN1694   DSCN1707

C’est au tour de Luc de remettre la voiture 7 pour Ouassadou ; il est accompagné par Myriam car son coéquipier est absent cette semaine.

Enfin pour cloturer les remises à Konkané, Gérald remet la 22 en l’absence de son coéquipier et bénéficie d’une coiffe peu ordinaire.

DSCN1701  DSCN1735

Après un repas africain offert par nos hôtes,  nous partons pour Mampati remettre la voiture 10 conduite par Gilbert en l’absence de son équipier Pierre reparti samedi dernier

Retour tardif sur Kolda par une route difficile.

IMG_3574Et pendant ce temps là, la mission mécanique s’est poursuivie, et en particulier, nos élèves mécaniciens ont travaillé (toute la semaine)  à la réparation de voitures plus anciennes qui en avaient bien besoin…


 

La mission touche à sa fin.

Demain, retour à Cap-Skirring pour l’avion de samedi.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Fafacourou et Thiéval-Lao : où l’on retrouve les équipes de la mission médicale

DSCN1568En route ce matin pour Fafacourou à bord du minibus du centre de formation  professionnelle de Kolda.

L’état du véhicule laisse perplexe les passagers qui connaîtront les joies d’un changement de roue sur la piste.

L’accueil est toujours aussi chaleureux dans cette région plus éloignée, peuplée par les Peuls, et toujours les enfants enthousiastes et joueurs.

DSCN1591  DSCN1602

Les traditionnels discours des différents officiels sont suivis d’un casse-crôute local et d’un échange de cadeaux.

DSCN1606    DSCN1609

Guy et Jacques remettent les clés de la voiture à ses destinataires.

DSCN1585

Mireille,  responsable de la mission médicale est là depuis deux semaines, elle explique la mission partagée entre la formation de groupes d’infirmiers et beaucoup de consultations.

Ensuite départ pour Thiéwal-Lao pour rencontrer l’autre équipe médicale plus spécialement chargée des soins dentaires et ophtalmologiques.

DSCN1639   DSCN1645

On traverse des villages où le temps semble s’être arrêté avec des échanges plus authentiques encore.

Retour à Kolda vers 18h.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Bambali, Diattacounda et Kolda, mardi 4

Ce mardi, on commence par un  aller-retour à Bambali pour remettre deux voitures, l’une pour le dispensaire de Bambali, l’autre pour Diattacounda qui est de l’autre côté du fleuve Casamance.

L’accueil est toujours aussi chaleureux, intense et enthousiaste.

DSCN1472  DSCN1484

Une très belle représentation théâtrale, faisant vivre les coutumes locales nous est donnée. Nous sommes ici dans une région où l’on cultive la banane ainsi que la noix de cajou.

DSCN1501   DSCN1513La C’est Bernard qui remet les clés de la voiture 3  aux autorités de Bambali et Annick celle de la 15 pour Diattacounda.

DSCN1535  Après la cérémonie, on raccompagne les villageois de Diattacounda vers le fleuve qu’ils retraversent en pirogue.

Le circuit s’achève à Kolda.

A l’hopital de Kolda, on livre des colis de matériel médical, et Michel remet un meuble à son confrère de Kolda.

DSCN1560     DSCN1562

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Madina-Wandifa, Sedhiou et Tankon, lundi 3 décembre

Comme annoncé, et après l’intermède du weel-end, le blog continue, avec les documents adressés par Vincent.

Ce lundi  les remises de véhicules reprennent avec une équipe plus réduite mais toujours aussi motivée pour un départ de Ziguinchor vers 9h après un rapide briefing.

DSCN1435Un premier arrêt vers midi permet à nos deux Bernadettes de remettre leur Kangoo au poste de santé de Madina-Wandifa où nous sommes accueillis avec beaucoup de chaleur humaine.

Les villageois nous font griller du mouton et nous offrent boissons et fruits.

Ce véhicule ayant été préparé par son ancien lycée, c ‘est avec émotion que Vincent se joint aux Bernadettes pour cette remise ainsi que Bernard qui a suivi le véhicule.

DSCN1447

Nous partons ensuite pour Sedhiou pour remettre des colis à l’hôpital, puis deux Kangoo au centre de santé

DSCN1458La voiture 22 est remise par les chauffeurs du jour Monique et Bernard ; elle rejoindra le village de Tankon.

La voiture 8 rejoindra Singhére ;  elle est remise par Annick et Guy (photo à venir)

DSCN1463

Les remerciements de l’infirmière du secteur sont un beau moment d’émotion.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Intermède. A propos de la lèpre

Trève du week-end. Les uns sont de retour en France, les autres profitent d’un week-end en Casamance.

Mercredi dernier, un groupe s’est rendu à Djibelor, dit « le village des lépreux ». Michel, raider et médecin, a donné sur place des explications dont il nous livre ci-après une synthèse.

Qu’est-ce que la lèpre ?

DSCN1334La lèpre est une maladie infectieuse due à une bactérie (Mycobacterium Léprae). Cette maladie chronique, très peu contagieuse, se transmet le plus souvent au sein d’une même famille ou communauté, ou par la vie en promiscuité.

La bactérie s’attaque essentiellement à la gaine qui entoure  le nerfs et provoque une réaction inflammatoire puis une fibrose de la gaine. Ce nerf va se trouver comprimé à chaque défilé ostéomusculaire (coudes, poignets, etc…) et les tissus en aval n’étant plus inervés vont dégénérer, s’atrophier.

Le premier signe visible au début de la maladie est une tache dépigmentée sur la peau, insensible à la piqûre.

A ce stade la lèpre guérit très facilement en quelques mois avec certains antibiotiques.

Malheureusement, les malades anciens qui n’ont pas bénéficié de ces traitements gardent des séquelles caractéristiques au niveau des extrémités ou du visage.

En général, ces malades sont « guéris » sur le plan bactérien mais sont handicapés par leur séquelles et des ulcères chroniques*. Se pose alors le problème de la chirurgie libératoire et de la rééducation, voir de l’appareillage des mutilés.

*C’est ceux-ci que nous avons vus au village de Djibelor.

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

Une voiture à Mlomp, puis fin du raid pour certains

Aujourd’hui vendredi 30, une seule voiture à livrer, sur la route de Cap Skirring, qui est aussi la route du retour pour une vingtaine d’entre nous.

En effet, les premiers retours en France sont prévus demain samedi.

IMG_3581_bisCeux qui vont rester la semaine prochaine en Casamance (un échantillon pose pour la photo), vont poursuivre l’opération par une semaine dans la région de Kolda : remise des dernières voitures ; poursuite de la mission « mécanique », et bien sûr poursuite de la mission médicale dont ce sera la deuxième semaine.

Quelques uns ont par ailleurs choisi de prendre une semaine de repos à Cap Skirring.

IMG_3585C’est donc ce matin qu’on fait les valises ou bien qu’on s’apprête à rester le week-end à Ziguinchor avant Kolda.

En route pour Mlomp, par la bonne route qui traverse  forêt, champs, rizières, et des mangroves.

IMG_3642  IMG_3647  IMG_3646  IMG_3270

IMG_3606Il est midi quand on arrive au village, c’est l’heure de la sortie des classes et on rencontre des flots d’élèves sur la route : ceux qui reviennent du collège croisent ceux qui reviennent  du lycée.

 –

Au poste de santé, la cérémonie, sympathique, est  modeste et brève. Pas de danse, pas de discours, juste un petit rassemblement autour des responsables locaux, et des grappes d’enfants qui veulent être sur la photo.

IMG_3628  IMG_3629

Après les recommandations d’usage par un de l’équipe des mécanos, c’est Bruno et Guy qui remettent les clés de la voiture 9, en l’absence aujourd’hui de ses copilotes.

IMG_3614  IMG_3625

Dans une salle des fêtes fort agréable, une collation nous est offerte avec la boisson préférée des toubabs.

IMG_3637 IMG_3638

IMG_3584Il reste encore une douzaine de Kangoo à remettre dans la région de Kolda.

Plusieurs copilotes seront rentrés en France.

 –

IMG_3577Avant de prendre le départ, Pierre (le raider-bloger) laisse à Gilbert le soin de remettre seul la voiture 10 qu’ils ont amené ensemble sur 6500km.

Ce fut un formidable voyage, aussi agréable qu’utile !

Si les conditions techniques le permettent, le blog continuera la semaine prochaine avec des informations et photos envoyées par mel.

L’avion décolle à 15h de Cap-Skirring et arrive à Paris le 2 décembre à 0h5

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Sinedone et Adeane, jeudi 29

Le groupe se rend aujourd’hui dans le village de Sinedone où sont remises deux voitures, l’une pour le poste de santé d’Adéane et l’autre pour le poste de santé de Sinedone.

Nous prenons donc la route en direction de Kolda ; c’est une route en fort mauvais état ; les véhicules slaloment entre les trous.

Une cérémonie unique est prévue pour les deux villages et la remise des deux voitures. Les deux villages représentent une population de 18 000 personnes.

Deux voitures ont déjà été attribuées par le passé.

Au village de Sinedone, l’accueil est chaleureux et démonstratif comme les précédents et cependant un peu différent dans la forme.

La figure qui mène le défilé est un géant, muni d’une serpe. Un groupe de femmes danse et chante jusqu’au poste de santé où la cérémonie se déroule. Les villageois et autorités d’Adéane et Sinedone sont réunis pour nous recevoir.

Tour à tour, pour chaque village, s’expriment : le chef du village, le président du comité de santé, l’infirmier(e). Bienvenue, remerciements, hommage, joie, fierté, doléances.

Tous appellent à une bonne utilisation des véhicules et l’entretien de ces « bijoux ».

   

L’infirmière de Sinedone expose concrètement l’importance de ces ambulances en citant des cas de nécessité qu’elle a rencontrés.

Patrice dit tout l’engagement bénévole que représente la mise à disposition de ces voitures et insiste sur le fait que les villages ont maintenant la charge de les entretenir.

Le président de la communauté rurale remercie à son tour au nom des autorités administratives. Il cite l’adage « Mieux vaut m’apprendre à pêcher que me donner du poisson » pour signifier aux villageois que l’opération n’est pas conforme à cet adage, mais qu’ils doivent néanmoins en retenir la leçon en prenant grand soin du bijou s’ils veulent une pérennisation de l’aide…

 

Des dictionnaires sont distribués à l’attention des écoles des deux villages

  

Des objets artisanaux symboliques sont remis en cadeau au président de notre association : une pirogue, une pioche et une canne.

 

Puis commence la cérémonie de remise des clés par les équipages, après signature des actes et suivie d’un temps d’explication sur la mise en route et les procédures d’entretien.

 

   

La voiture 11 était pilotée par Annie et Danielle.

La voiture 18 était pilotée par Guillaume et Bernard.

La rencontre s’achève par un déjeuner « à l’africaine » préparé par des villageoises.

 

Comme les jours précédents, le voyage est l’occasion d’observer l’habitat rural et le mode de vie des Casamançais, ainsi que l’environnement naturel dont on a témoigné les jours précédents.

    

 

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Youtou, Lépreux et Gouvernance, le 28

Pas de livraison de voiture aujourd’hui, mais des actions complémentaires par groupe, avant la réception à la gouvernance de Ziguinchor, programmée en fin d’après-midi.

Poursuite de la mission « mécanique »

Après la journée d’hier passée au CFA (Centre de Formation d’Apprentis) de Ziguinchor (6 formateurs, 15 apprentis), et la distribution de dossiers techniques, Nicolas et Kevin ont en charge aujourd’hui la réparation d’une Kangoo remise en 2008 à Badiana: changement du radiateur, ligne d’échappement, combiné, système d’injection ; tout un programme !

Cette 4L, ramenée à Ziguinchor ne sera pas réparée ;  il semble qu’elle a fait son temps et rempli sa mission ! Elle mériterait bien une place au musée d’Olby, mais comment la ramener ?

Nicolas et Kevin ne savent pas encore et nous non plus qu’ils seront à l’honneur ce soir lors de la réception prévue à la Gouvernance.

Livraison de matériel au village de Youtou

Le village de Youtou est devenu une île depuis que la route a été fermée par l’armée qui surveille la frontière avec la Guinée Bissau, depuis les affrontements indépendantistes des années 80 en Casamance. L’armée s’est installée dans l’école du village. Au début, une partie des 4000 habitants s’est réfugiée, les uns en Guinée, les autres à Ziguinchor, puis une partie est revenue. Avec l’aide d’ONG mais aussi des collectivités régionales, mobilisés par une ancienne habitante qui a créé une association basée à Lyon, une école a pu être reconstruite, puis un collège. L’isolement de ce village a comme conséquence première une difficulté d’accès aux soins, et d’une manière générale des déficits en tout. La pêche, la rizière, les cultures (manioc,mil, fruits,…) et l’élevage ne permettent pas toujours l’alimentation correcte de tous.

C’est pourquoi un groupe est allé en pirogue remettre des fournitures scolaires, des dictionnaires pour le collège, des vêtements et du matériel médical dont un siège pour handicapé.

     

Livraison de matériel au village dit « des lépreux »

La lèpre qui est aujourd’hui une maladie maîtrisée grâce à des soins précoces, a fait des ravages il y a quelques décennies, et historiquement, les casamancais atteints qui n’avaient pas reçus à temps les traitements étaient mis en quarantaine. C’est ainsi qu’un village fut fondé pour les y rassembler. Aujourd’hui, une partie des habitants portent encore les séquelles de cette maladie.

Un groupe s’est rendu dans ce village pour déposer des matériels scolaires et des matériels sanitaires. Michel a fait, à l’attention du groupe un point médical et historique sur cette maladie et ses conséquences sociales.

Réception à la gouvernance de Ziguinchor

Au Sénégal, un gouverneur est l’équivalent d’un préfet de région en France.

Notre groupe au grand complet et en tee-shirt de circonstance s’est rendu à la gouvernance à 16h30 pour honorer l’invitation du Gouverneur. Le maire de Ziguinchor et le président du conseil régional sont excusés ; ils se sont rendus aux obséques d’une personnalité politique et intellectuelle éminente, enfant de Casamance.

Le président de l’ASDEC évoque les 20 ans de partenariat avec les Anciens et Amis de Casamance, rappelle que 250 ambulances ont ainsi été livrées.  Il insiste sur le devoir qui est celui des destinataires de les entretenir et de bien les utiliser au service de la population.

Patrice évoque les différents aspects de la préparation de tels convois, qui s’étale sur deux années et mobilise des bénévoles, ainsi que des lycées professionnels et des élèves en formation. Il dit notre bonheur d’apporter ainsi de l’aide à la Casamance.

    

Le Gouverneur souhaite la bienvenue au groupe et rend un hommage appuyé à ce qu’il nomme « élan de solidarité » et « noblesse de cœur ». Il « tire son bonnet » aux raiders qui ont bravé chaleur, poussières et autres risques pour amener ces voitures en Casamance.

Après la remise symbolique des clés par le président au gouverneur, le gouverneur tient à féliciter lui-même les élèves présents, en qui il voit la relève pour la pérennité de ce partenariat.

Ce qui nous donne une bonne occasion de les applaudir.

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

Suelle, Souda et Coubana, mardi 27

Le circuit d’aujourd’hui commence par le dispensaire de Bignona où une voiture est remise pour le poste de santé du village de Suelle.

Bignona est au centre d’une communauté rurale qui a déjà reçu plusieurs voitures lors de raids précédents : notamment les villages de Sindian et Dianki dont la voiture devrait être remise en état… Les chefs de village et les directeurs des postes de santé se sont réunis à Bignona pour la circonstance.

Le docteur Drame, médecin chef du dispensaire de Bignona adresse les remerciements.

Michel et Guy remettent les clés au nouveau propriétaire de la voiture 16 qui ira à Suelle.

La route puis la piste nous mènent ensuite au village de Souda qui nous accueille avec des danses traditionnelles diolas, analogues à celles d’hier. Le chef du village indique que ces danses, expression de leur culture, sont ce qu’ils peuvent nous offrir en échange, sachant que, dit-il,  « Dieu nous rendra le reste »…

       

Le président du comité de santé prend un engagement de bon usage, puis la matrone énonce que l’ambulance, c’est en priorité pour les femmes, en précisant que la précédente a déjà permis de sauver de nombreuses femmes en couche. Roland prononce le discours d’usage au nom de l’association, en insistant sur le soin à prendre des véhicules.

Puis Edmond et Bernard doivent se séparer de la voiture 14

Vers 14h30, le convoi parvient au village de Coubana, qui a préparé un accueil et une fête plus démontrative encore que les précédentes. C’est que les conductrices de la voiture sont connues dans ce village pour y avoir séjourné et apporter leur compétence de pharmacienne au dispensaire et à la maternité.

C’est ainsi qu’une escorte se forme autour de la voiture pour remonter la rue principale bordée d’accacias et parvenir sur la place centrale où la cérémonie doit se dérouler.

Danses encore….

  

et plusieurs discours. Le chef de village, les deux immams, le vice-président du comité de santé expriment leur remerciements et le représentant des autorités régionales rendent un hommage appuyé à la route de la solidarité et ses valeurs. Patrice remercie les autorités et les villageois pour leur accueil et se félicite de l’aide apportée.

          

Puis Dominique et Marie-Laure remettent les clés à leurs destinataires.

Pendant la cérémonie, l’animateur annonce que deux bébés viennent de naître aujourd’hui à Coubana et que le garçon sera nommé Patrice, et la fille Marie-Laure, en hommage aux français présents de même prénom !

Il nous invite voir les bébés à la maternité.

Ces circuits sont l’occasion de parcourir la Casamance profonde, de découvrir une végétation luxuriante et variée.

Mangrove (qu’on replante après une dramatique déforestation).

Forêt et grands arbres (fromagers, kaïcedra, palmiers et roniers, manguiers…).

        

Plantes cultivées : mil (céréale), manioc (racine), et arachides (tubercules) .

    

Rizières (la récolte du riz vient de commencer, et ce sont les femmes qui le récoltent).

  

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

La voiture 4 à Ebinkine et la 5 à Niamone, le lundi 26

Ce lundi matin, nous sommes 70 à prendre le départ pour les villages où seront remises les premières voitures.

La plupart des raiders, et les accompagnants tout frais remis de leur voyage en avion. Le déplacement se fait à bord de trois minicars, en plus des voitures à remettre.

Nicolas et Kevin, élèves du lycée professionnel Jean d’Alembert d’Issoudun (académie d’Orléans-Tours), et Francisco, leur professeur de mécanique sont arrivés eux aussi à Ziguinchor par l’avion de samedi dernier. Ils ont assuré la réparation d’une des voitures et ils vont participer à la distribution au cours des deux semaines qui viennent, et surtout à la réparation des voitures livrées lors de précédents raids.

Qu’à travers eux, les élèves et professeurs des LP qui collaborent ainsi à l’action de l’association en faveur de la Casamance, soient remerciés et encouragés.

Première halte à Badiana, village où avait été remise la première voiture du premier raid en 1993 : il s’agit de donner à l’école Bourrama Coly, des colis de fournitures scolaires, des « Petit Robert », et des vêtements.

    

Les partenaires échangent quelques paroles d’amitié et de remerciements devant les élèves rassemblés dans la cour et d’anciens élèves aujourd’hui au collège d’à côté.

Parmi eux, un garçon aujourd’hui âgé de 19 ans, en 3ème, qui était sur le point de naître lors du passage en 93, et qui fut baptisé Jean-Baptiste Lassalas !

Nous partons pour le village d’Ebinkine en empruntant une piste.

Le village a décrété jour de fête et les villageois de tous âges nous accueillent avec un cortège jusqu’au poste de santé Awa Marie Coll, destinataire de la voiture 4.

      

On nous donne un spectacle de danses frénétiques au son du tam tam, et autour de personnages mythiques traditionnels (le Coumpo, le Samaï, le Darry) tout droit sortis des bois sacrés pour la circonstance, et que les danseurs font mine de repousser avant qu’ils n’effraient les spectateurs..

Les autorités prononcent pas moins de six discours, en francais et traduits en diola ou l’inverse.

Le représentant du sous-préfet (et donc de l’état) insiste sur l’usage qui doit être fait du véhicule, exclusivement au service de la santé, au profit de toute la communauté rurale (sorte de communauté de communes), et avec un  entretien scrupuleux.

Il formule le vœu que notre association puisse faire encore mieux.

   

Puis Renan et Jérôme remettent les clés de la voiture 4 au nouveau propriétaire, le responsable du dispensaire. Comme à regrets… après 6500km !

     

Le repas a été préparé au village (poulet Yassa) et nous déjeunons à l’africaine, par groupe autour d’une écuelle commune.

Nous allons ensuite à Niamone, un autre village  isolé au bout d’une piste.

    

On nous attend  là encore avec des danses, autour du Compo et du Dadimamon (les noms varient en fonction des lieux ; ici on n’est plus chez les Diolas, mais chez les Baïnous).

Quatre discours sont prononcés. Ils expriment la gratitude et l’engagement qui doit être celui des destinataires de bien utiliser et entretenir le véhicule.

    

C’est au tour de la voiture 5 d’être donnée. Comme cette voiture a eu plusieurs copilotes, ils se rassemblent pour la transmission des clés.

La nuit nous surprend, il est temps de regagner Ziguinchor.

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

Arrivée des accompagnants et départ de la mission médicale en région de Kolda

L’avion transportant les accompagnants et les membres de la mission médicale est arrivé à l’heure samedi à Cap-Skirring. Tous étaient un peu fatigués par le voyage, mais le lendemain c’est dimanche et relâche.

L’équipe de la mission médicale composée d’un médecin, une sage-femme, trois dentistes et six infirmières, est prête à partir dès ce dimanche matin dans la région de Kolda, en Haute Casamance.

Ils vont rejoindre les lieux de l’action qui va durer deux semaines. Il s’agit des dispensaires des villages de Fatakourou, Thievalao, Dabo.  Les membres de l’équipe vont se répartir par moitié entre les deux dispensaires de Fatakourou, Thievalao  et échangeront la deuxième semaine.

Par ailleurs, un technicien s’est joint à la mission pour installer une pompe à eau dans le poste de santé de Dabo.

Au cours du séjour, un dentiste, le médecin, et la sage-femme assureront une formation des personnels locaux en hygiène dentaire et auprès des matrones.

Le matériel médical nécessaire à cette mission a été acheminé par le raid et un camion du raid en assure le transport jusqu’aux villages. De même une voiture du raid  restera à disposition de l’équipe pendant le séjour avant sa remise.

C’est donc le départ depuis notre camp à Ziguinchor ….

    

Une vidéo sera tournée au cours de la semaine prochaine sur cette mission médicale.

Les autres, participants du raid ou accompagnants, profitent de la journée pour visiter la Ziguinchor, ou la région, ou bien passent le week-end à Cap-Skirring.

Demain lundi, première livraison de voiture.

 

 

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Harmonie et M.A.Diatta, le 23

Les préparatifs des remises de voiture et de matériels se poursuivent aujourd’hui.

Pendant ce temps, une délégation mixte des deux associations, Anciens et Amis de la Casamance, et Sous le Manguier, se rend à l’école Marie-Affinko Diatta pour remettre 3 ordinateurs, des exemplaires du Petit Robert (don du Conseil général 63) et quelques autres fournitures scolaires.

    

840 élèves et leurs enseignants attendent l’arrivée de la délégation dans la cour de l’école et manifestent leur enthousiasme à notre arrivée.

Le directeur adresse ses remerciements et rappelle l’importance que l’école mais aussi le quartier et les autorités accordent à ce partenariat avec nos associations. L’école a obtenu du ministère sénégalais l’aménagement d’une salle informatique en réseau qui sera reliée à l’internet. Les ordinateurs que nous apportons y seront installés en plus de ceux qu’on a livré lors de précédents raids.

Par ailleurs, plusieurs enseignants expriment l’intérêt qu’ils accordent au partenariat avec l’IUFM d’Auvergne initié en 2007 par l’intermédiaire de nos associations, et qui permet chaque année depuis 2007 à de jeunes enseignants français en formation d’effectuer un séjour dans l’école M.A. Diatta et à Harmonie.

Une délégation se rend également à Harmonie (où des ordinateurs ont été remis hier), pour constater l’installation dans la cour du tobogan et du tourniquet  achetés par le dernier groupe de l’IUFM venu pendant les derniers congés de Toussaint.

   

Rapellons que le site Harmonie a été créé de toute pièce avec les moyens apportés par Sous le Manguier et avec les femmes du quartier regroupée en GIE.

L’après-midi, une délégation s’est rendue aux obsèques de Rose Biagui, amie et correspondante locale de nos associations, et qui joua notamment avec Thiau son mari, un grand rôle dans la réalisation du projet Harmonie.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Journée de labeur à Ziguinchor, le 22

Le raid, c’est fini, on ne roule plus. Les kangoo resteront parkées jusqu’à la date prévue pour leur remise au destinataire. Couvertes de poussière, elles vont être nettoyées aujourd’hui, à chaque équipage la sienne.

Un dernier briefing pour s’organiser.

On décharge le matériel, on trie, on classe.

    

On dépoussière, on lave, on astique.

Dans l’après-midi, quatre ordinateurs sont remis à l’école Harmony toute proche pour le compte de l’association « Sous le manguier », réceptionnés par Samba Mané et Pierre Bassene, responsable pédagogique et gestionnaire de l’école, en présence de  Josette et Jacques et de quelques amis.

Le soir, dernier repas collectif préparé par nos cuisiniers (du restaurant ambulant  « Les copains d’abord »). Ce soir, c’est le groupe des « nouveaux raiders » qui fait le service et un peu d’animation, histoire de remercier les « anciens » qui les ont en, quelque sorte, entraînés jusqu’ici.

  

« C’est pas l’homme qui faite le raid, c’est le raid qui fait l’homme

Dès que les anciens le voudra, je repartira,

Quand les kangoos démarrerons, nous nous en allerons »

(sur l’air de la chanson bien connue de Renaud)

Si le raid est terminé, l’opération ne l’est pas, et le blog va continuer, bien sûr !

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Arrivée à Ziguinchor, le 21 novembre

Dernière étape, 17h, on franchit le pont…  Moment d’émotion et de satisfaction.

  

Un comité d’accueil nous attend.

   

On parque les véhicules.

Le raid s’achève donc. Ce soir, chacun prend ses bagages et gagne son hotel.

Demain on vide les voitures, on les prépare pour la deuxième phase de l’opération, la remise des voitures et des matériels à leurs destinataires, qui s’étalera sur les 15 prochains jours.

 

 

Publié dans Uncategorized | 6 commentaires

De Lac Rose à Ziguinchor, les 20 et 21

En deux étapes, nous traversons l’ouest-Sénégal, dans un paysage de savane pas encore sèche, et même plutôt humide lorsqu’on arrive du côté de Kaolack et ses marais salants.

    

On aperçoit de nombreux troupeaux de bovins, parfois sur la route même.

La route se fait de plus en plus mauvaise à partir de Kaolack ; la conduite devient sportive  et demande beaucoup d’attention. Il arrive même qu’on doive doubler un autre convoi (de semi-remorques bien chargés)…

     

On traverse de nombreux villages où la population se presse autour de la route pour faire des signes de la main. Des nuées d’enfants crient « toubab, toubab ».

Que cherchent les raiders lors des arrêts ? L’ombre évidemment car il fait très chaud ; plus de 35° l’après-midi, peut-être 40 dans les voitures.

Le campement se fait à Nioro-du-Rif, dans une enceinte close.

Le 21, nous partons de bonne heure pour la dernière étape du raid.

  

La route continue d’être mauvaise. Il faut slalomer entre les trous.

La traversée de la Gambie nous vaut deux passages de frontières, une pour sortir du Sénégal et une pour y rerentrer, et un passage du fleuve en ferry.

   

Nous sommes alors dans une région humide et verdoyante.

       

Rizières, forêts, prairies, grands arbres, dont fromager,baobas,  cocotiers, manguiers, … La région sort depuis peu de la saison des pluies et celles-ci sont tombées en abondance.

On a hâte d’arriver à Ziguinchor.

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Une journée au Lac Rose, le 19

En fait nous restons à Dakar un jour de plus pour raison administrative ; des démarches sont nécessaires à l’accueil des voitures sur le territoire sénégalais.

Les raideurs vont donc faire du tourisme forcé (en quelque sorte)  !

Les uns vont visiter l’île de Gorée, lieu de mémoire émouvant, et jolie promenade en bateau dans la baie de Dakar. Ils visitent la maison des esclaves.

  

Ceux qui connaissent déjà choisissent de se rende à Cayar, port de pêche en pirogue le plus important du Sénégal.

On assiste à la mise à l’eau d’une pirogue et à l’arrivée d’une autre.

  

Ausitôt débarqué le poisson est récupéré par les patrons-pêcheurs négociants et la « part du pêcheur » (donnaille)  est vendue directement sur la plage.

    

Notre guide nous emmène voir la fabrique des pirogues, pour partie en bois de fromager et de kaïcedra (orth. non garantie). Puis vers la fumerie du poisson. le poisson fumé est destiné notamment au Mali.

Au moment du dîner, un groupe local de percussions nous donne un petit concert.

Demain, c’est l’avant dernière étape avant Ziguinchor.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

De Saint-Louis au Lac Rose,dimanche 18

L’étape du jour est courte. Nous quittons Saint-Louis par l’avenue qui longe le fleuve Sénégal et passe à l’entrée du Pont Faidherbe.

On rencontre d’abord un paysage de savane, avec quelques troupeaux de chèvres.

  

Les premiers baobabs apparaissent ; il y en aura de plus en plus à mesure qu’on ira vers le sud.

Puis une région de culture : l’arachide est en cours de récolte, par arrachage et séchage en tas dans les champs. C’est là également qu’on trouve la plante qui sert à fabriquer le bissap : on la reconnaît à ses « fleurs » d’un rouge vif.

  

Plus bas, à partir de Thies, on rencontre cultures maréchaires et fruitières, et vente des fruits au bord de la route.

On aperçoit des manguiers mais pas de mangues, ce n’est pas l’époque.

  On Nous arrivons au Lac Rose où nous allons camper deux nuits, ce qui laissera du temps pour souffler un peu et visiter Dakar ou les environs.

Le  Lac Rose est un lieu de tourisme qui périclite depuis que le Paris-Dakar ne vient plus à Dakar. C’était l’étape finale. Il reste un site naturel étonnant. Le lac profond de seulement 3m est alimenté en eau de mer par un mince « ruisseau » ce qui permet de produire le sel, tandis que l’eau douce est présente dans le sous-sol à très peu de profondeur, ce qui permet la culture maraichère tout autour du lac. Des microorganisemes  donnent au lac sa couleur rose.

  

Le repas, festif (on l’a bien mérité !)  se prolonge en une soirée  où des raiders de talent poussent la chansonnette ou racontent des histoires.

    

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Une journée à Saint-Louis, le 17

Cette nuit, nous avons campé dans le parc bien agréable d’un hotel confortable, un peu perdu dans la banlieue de Saint-Louis.

Jour de repos pour les raiders. Par chance, il n’y a pas de réveil matin dans les environs.

Les uns profitent de la journée pour tout laver, tout dépoussiérer, tout remettre d’équerre dans les chargements, et se la couler douce.

Les autres vont visiter Saint-Louis, et commencent bien sûr par une négociation ardue sur  le prix du taxi pour s’y rendre… Allez, ce sera 3000 Fcfa, pas un de plus.

  

Le pont Faidherbe, les rues de l’île où l’on admire les restes des constructions de l’époque coloniale, l’hotel de la Poste musée consacré à Mermoz qui y avait ses habitudes.

  

Le village des pêcheurs sur l’autre rive, magnifique plage où les pêcheurs ont leurs pirogues aujourd’hui rangées. Ce n’est bien sûr pas une plage  pour touristes européens.

  

On a de la chance : c’est la fête des pêcheurs, avec course de pirogues sur le fleuve, compétition entre les trois quartiers de Saint-Louis.

Tout Saint-Louis se précipite pour l’après-midi sur les abords du fleuve et sur le pont. Pour nous, le spectacle est surtout dans la rue. Cette foule qui grouille, enfants compris, en liesse. Les hommes arrivent en premier, les femmes ensuite, rivalisant d’élégance.

    

Dans l’après-midi, ceux qui ont parcouru la ville  à pied croisent ceux qui l’on fait en « calèche ».

Au dîner, Patrice présente Jeannot, le correspondant sénégalais de l’association qui traite localement les nombreux aspects administratifs de l’opération.

  

Jean veille sur l’ensemble.

Demain, départ à 7h30

Publié dans Uncategorized | 4 commentaires

De Nouakchott à Saint-Louis, le 15

Dans l’auberge qui nous abrite à Nouakchott, nous avons monté les tentes sur la terrasse, faute de place au sol occupé par les voitures rangées serré. Nous dînons sous d’agréables frondaisons.

Attention :  à partir de demain, Malarone pour tous et pendant trois semaines, ont rappelé les docteurs !

Les minarets voisins (dont celui de la grande mosquée) réglés sur 5h avec rappel à 6 ont été un réveil matin efficace !

La route jusqu’à Rosso traverse des dunes, et de nombreux villages aux constructions traditionnelles.

  

Cette route est en mauvais état, il faut compter avec la circulation locale, et en outre, des chèvres, des ânes, des dromadaires la traversent quand bon leur semble….

  

La végétation se densifie à mesure qu’on approche de Rosso.

Une des voitures est remise, au nom du Rotary, à son destinataire mauritanien.

Le convoi emprunte ensuite une piste de 90 km qui longe le fleuve Sénégal, dans un paysage de rizière, puis de mangrove, puis de marais.

Une multitude d’espèces d’oiseaux s’abrite dans cette région qui est en fait un parc national. On y rencontre également des phacochères…

  

Après ce long périple, il faut encore passer la frontière, avec toutes les formalités nécessaires.

A la frontière mauritanienne, nous sommes accueillis par Jean Lassalas, qui est donc arrivé à bon port.

La nuit tombe bien avant notre arrivée à Saint-Louis. On va dîner et se coucher tard, mais pas grave, demain c’est jour de pause à Saint-Louis.

Publié dans Uncategorized | 6 commentaires

De Dakhla à Nouakchott, les 14 et 15

Départ de Dakhla à 6h.

Nous sortons de la presqu’île au petit jour et reprenons la route vers le sud.

Le paysage désertique est monotone.

Nous passons le Tropique du Cancer.

Patrice demande une pensée pour un  ancien membre de l’association, Philippe Girod, décédé en 2006, qui avait demandé à ses amis de disperser  ses cendres sur une dune près de laquelle nous passons lentement. C’est un moment de silence et  d’émotion ; de nombreux raideurs l’ont connu et ont partagé avec lui des raids tels que celui-ci.

Au détour d’un virage, voici des dunes, blanches dans un paysage lumineux.

    

Aurait-il neigé ? Non c’est une zône de sable blanc.

Vers midi, apparaît la porte du Maroc et commencent les formalités qui se répéteront en Mauritanie, une fois passée la zône intermédiaire, où nous nous arrêtons pour pique-niquer. Il est 16h.

  

Nous entrons en Mauritanie quelques km de piste plus loin,  vers 19h.

Le camp de bivouac est tout proche, en plein désert, mais près d’un village d’éleveurs.

Au petit matin, un ciel rouge nous éclaire.

Au breefing quotidien, Patrice présente Maloum qui va nous escorter toute la journée jusqu’à Nouakchot  et La Menata notre prochain « camping ».

C’est Maloum qui fait la photo du groupe.

_

_

_

On reprend la route, maintenant, c’est le désert de sable.

On croise enfin des troupeaux de dromadaires.

Dans ces immensités de sable, poussent néanmoins de multiples plantes, dont l’herbe à chameau (qui marche aussi pour les dromadaires…) et l’euphorbe (admirer fleur et fruit).

  

Pour déjeuner, on s’éloigne dans les sables. Et ce qui devait arriver arriva…

  

Et puis… 

Mais nous arrivons à Nouakchott comme prévu, et demain on repart pour les sables, dunes comprises, et le Sénégal en fin de journée….

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

De Marrakech à Dakhla, du 10 au 13

Les points d’accès WiFi se font rares. Pour cette raison, le blog n’a pas pu être mis à jour ces trois derniers jours. Il est vraisemblable qu’on ne puisse pas non plus se connecter les prochains jours, avant Saint-Louis ou Dakar. Surtout, pas d’inquiètude !

Samedi 10, nous partons de Marrakech au petit jour à travers la plaine ocre-rouge.

Traversée sinueuse du Haut Atlas, puis de l’Anti Atlas.

Déjeuner sur le parking d’un Metro aux abords d’Agadir.

Nous laissons Agadir à droite et progressons vers le grand sud : c’est désormais un désert de cailloux qui s’offre à notre vue.  Les arganiers y poussent ; c’est la région de l’huile d’Argan.

La voiture 4 nous fait une crise de toux, rapidement réparée… La progression est lente car il y a beaucoup de camions sur cette voie. Nous plantons la tente dans le camping de Tiznit, et non à Port-Bou-Jéry pour gagner du temps.

Le soir, on fête les anniversaires d’Annick et de Michel.

        

Dimanche 11, l’étape est longue.

Nous passons Guelmin où lors d’un arrêt sur un parking, un jeune ado marocain aborde le groupe et explique qu’il apprend le français et l’anglais en discutant avec les voyageurs qui s’arrêtent là. Il ira loin le petit !

!

!

Puis Tan-Tan, et les dromadaires à sa porte.

A l’entrée de chaque ville, et parfois à la sortie, nous nous arrêtons aux postes de gendarmerie, police et/ou douane pour les contôles d’usage.

!

La route, désormais très rectiligne longe l’océan qu’on aperçoit ici et là.

Nous traversons quelques oueds.

La journée est fraîche, le ciel chargé, le vent fort. Le vent pousse parfois du sable sur la route formant des sortes de congères (!).

A la nuit tombée, le convoi emprunte une piste menant à « Camp Bédouin » camping sommaire tenu par des français. 

Demain matin, départ à 7h15…

Au lever du jour, on découvre l’endroit ; le wifi ici, c’est pas pour demain !

!

!

!

Il y a de l’eau dans le désert : on a une preuve ici avec cette cascade et ce ruisseau.

Lundi 12, on passe dans Laâyoune, capitale régionale, ville de garnison, ses parks, ses édifices somptueux.

Laâyoune

A perte de vue, le désert de sable et de caillou, avec ses touffes et buissons. La végétation est parfois dense. Contre toute attente, des herbes poussent  à la suite d’une période de pluie.

   !

Déjeuner dans les sables. Ca laisse le temps d’admirer la flore variée.

Voici l’entrée de Boujdour, par une avenue majestueuse bordée de lampadaires. Des autruches saluent les passants.

La route continue avec des arrêts fréquents, comme il est d’usage.

!

!

la CB : « Ici la 10. La 10 aux voitures qui suivent. De la part de la 1, on s’arrête sur la première piste à droite, pour changer de chauffeur. Dégager la route. »

Ce soir le bivouac, c’est en plein désert.

Un bivouac spécial aussi par le repas de fête concocté par nos cuisiniers et arrosé d’un Bergerac et d’un Champagne offerts par des amis du raid et secrètement transportés jusqu’ici. Merci les amis !

ons Nous avons passé un bon moment !

  

Nous avons pu admirer un coucher et un lever de soleil, et ceux qui se sont levés pendant la nuit on vu un magnifique ciel étoilé et la voie lactée bien nette comme on ne peut pas la voir partout !

Aujoud’hui, mardi 13, il fait beau. L’étape jusqu’à Dakhla est courte.

Superbe arrivée sur la presqu’île. Après-midi de repos.

Demain on part tôt.

On passe le Tropique du Cancer. Ca chauffe !

Publié dans Uncategorized | 5 commentaires

Une journée à Marrakech, le 9 novembre

Nous sommes arrivés à Marrakech dans la nuit. C’est qu’on est parti plus tard que prévu (17h) : les visas sont revenus de Rabat avec un peu de retard. Sur l’autoroute, violents orages,  trombes d’eau et même de la grêle… La lenteur s’impose. On s’arrête souvent pour éviter la fatigue. Et puis la voiture 8  fait des siennes et se fait remorquer jusqu’à la prochaine station, où le convoi s’arrête. Nos experts se penchent sur le problème, entourés de tous les conseillers du groupe. Il faut la vider de son chargement et lui changer la pompe… Bravo les mécanos !

D’où une arrivée tardive… Un sandwich et un verre de vin, et tout le monde couché. ! Dans la soirée, quelqu’un prend le temps de lire les nouvelles du monde. ! ! Ce matinon prend son temps, et comme d’hab., les cuisiniers sont  en forme… Comme chaque jour aussi, on prépare les documents à envoyer aux élèves de l’école d’Olby.

gg

L’après-midi, on va voir les charmeurs de serpents de la place Jema El Fna et on se balade dans le souk.

Et avant de rentrer, certains vont vérifier que le couscous est bien encore ce qu’il était.

Publié dans Uncategorized | 8 commentaires

De Moulay-Bousselham à Marrakech, jeudi 8

Pendant que deux membres du groupe vont chercher à Rabat nos visas pour la Mauritanie, le groupe profite de la matinée pour une nouvelle visite dans la ville, et pour préparer le départ.

Visite au port de pêche

Le petit port de pêche traditionnelle est une attraction, avec ses barques hautes en couleur, et l’activité qui règne sur la berge lorsque les pêcheurs reviennent avec leurs poissons qui sont vendus sur place par criée.

Parmi les prises, un requin !


Après le déjeuner, on plie..

  

Certains plient plus vite que d’autres…

Marrakech est à 400 km : on arrivera tard.

C’est pourquoi le blog est mis à jour, en vitesse, avant de partir.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Une journée à Moulay-Bousselham, mercredi 7

C’est la première journée de repos.

Pour une fois, on se lève et déjeune de jour…

On répare les bobos des voitures.

Celle-ci a subi une opération bénigne.

On lave le linge.

C’est à babord qu’on lave plus fort !     C’est à tribord qu’on lave plus fort !

On refait les comptes. On réorganise le chargement.

On visite la ville de Moulay Bousselham.

On glande….    On se détend sur la plage…

  

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

De Tarifa à Moulay-Bousselham, le 6 nov

« Il a plu, il pleut, il pleurera », c’est la phrase météo du jour…

Il a donc plu des cordes toute la nuit, il faut plier mouillé.

Tout le monde est prêt à partir de bonne heure et de bonne humeur, il pleut certes, mais l’espoir vient du sud… et l’on va vers le sud.

L’embarquement est imminent. Le ciel est radieux comme la photo l’indique.

!

On embarque.

Pas de chance, la traversée, c’est sous la pluie aussi. Chacun s’occupe à sa guise…

     

Et à Tanger, il pleut encore…

Une éclaircie apparaît sur le coup de 14h.

Il est temps de pique-niquer, et en attendant, le parking se couvre de champignons multicolores.

Ca sèche !

La météo annoncée sur Meknès nous dissuade d’y aller, surtout pour deux nuits.

Il semble plus sage de rester près de la côte où le soleil fait son apparition.

Le point de chute sera donc  Moulay-Bousselham, petite ville sur la côte : il y a la mer à deux pas.

On verra demain ce qu’on peut faire à Moulay-Bousselham…

Publié dans Uncategorized | 3 commentaires

De Totana à Tarifa, lundi 5

Il est 7h30, toutes les voitures s’alignent pour le départ.

Dans la voiture 15, on prépare déjà les oeufs durs pour midi…

La météo prévoit le beau temps (mais en fait il pleuvra des cordes)….

Encore quelques petits réglages mécaniques…

Une dernière photo…

Et le chef peut donner le signal du départ !

Le convoi traverse la belle et étonnante Sierra Nevada.

Le bord de mer est massacré par les constructions touristiques.

Comme non prévu, on arrive au camping sous une pluie battante.

!

!

!

Commence alors le ballet des tentes Queshua

Demain matin, le plus difficile ne sera pas la pluie mais le pliage des tentes Queshua !

Demain, on passe en Afrique !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

De Cambrils à Totana, dimanche 4

Voyage à travers la Région de Valence, sans difficulté ni saveur particulière.

La saveur est du côté de la cuisine :  vers 13h, une équipe autour des chefs  prépare le déjeuner froid, pendant que d’autres font sécher les toiles…

Partis sous la pluie, nous arrivons sous un temps superbe qui permet de s’attarder à l’apéro puis le dîner…

 

Dans le camping, il n’y a que douches froides, mais la chaleur extérieure compense et cela permet de s’habituer pour les prochaines étapes

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

De Muret à Cambrils, samedi 3

De bon matin, tout le monde est  prêt pour partir; il est 7h30; on a déjeuné.

Un toulousain matinal et ami est venu faire la photo du convoi, au moment du départ

A partir de Muret, c’est l’autoroute, puis le Val d’Aran, jusqu’à l’Espagne. On franchit le tunnel de Vielha et il est temps de s’arrêter déjeuner.

Le déjeuner se veut frugal, rapide, mais néanmoins excellent.

La preuve, le chef nous la donne.

 

Evidemment, il y a des pannes, et heureusement, nous avons des mécanos.

Et plein de non mécanos prêts à donner leur avis sur ce qu’il faut faire…

Le voyage se poursuit à travers la Calalogne ; tranquillement, et la nuit arrive avant qu’apparaissent les lumière du camping de destination : ce soir, c’est la tente pour tous, qu’il faut donc monter, avant l’apéro et le repas à la chandelle… en quelque sorte.


Publié dans Uncategorized | 2 commentaires